mai 2011 Archives

K7

akionda.png

cassette_mem_1.jpg
photo by Maki Kaoru - images A.Onda (merci!)


«Sur proposition de l'artiste et musicien Aki Onda, la galerie sonore nomade Birdcage s'installe à la cour carrée du Louvre pendant la Nuit des Musées. Aki Onda y réalisera une performance in situ à partir de Cassette Memories, son projet artistique et sonore constitué à travers le temps en tant que journal personnel ou archive de mémoires sonores. Cassette Memories est le résultat d'un long processus d'accumulation de paysages sonores trouvés qui commence par l'achat d'un vieux walkman dans une brocante. Depuis ce jour, et pendant plus de vingt ans, Aki Onda n'a cessé d'enregistrer sur des cassettes les sons de sa vie quotidienne, et ceux découverts à l'occasion de ses voyages ; ainsi pris dans une routine quasi obsessionnelle, le walkman l'accompagnant partout. -Après un certain temps, une énorme masse de paysages sonores a fini par s'accumuler. Plutôt que de les réécouter, je les ai mis dans une boîte en carton et quand j'en avais envie, pendant un nouveau voyage, j'ai commencé à enregistrer au hasard des sons par dessus. »

«C'est au sein de cette démarche de «collectionneur» d'objets sonores que se situent les performances d'Aki Onda, où les souvenirs émergent par des connexions souvent irrationnelles et inattendues, et s'ouvrent à de nouvelles significations. Ainsi, Aki Onda laisse les sons d'un ailleurs , d'un espace-temps soustrait à la narration, se confondre avec le flux du moment présent et l'écho des lieux de ses actions. Le choix d'opérer dans des espaces n'étant à priori pas destinés à l'art et à la musique, en particulier s'explique par la volonté de produire ce type de court-circuits entre le passé et le présent. L'histoire, l'identité et la mémoire du lieu participent donc aux mécanismes de la performance.»
 

Aki Onda
Cassette Memories
Birdcage - Cour Carrée du Louvre
14 Mai - 20h30 - 22h30
Nuit des Musées
Commissaire : Daniele Balit
La performance aura une durée approximative de deux heures, le public est invité à venir et partir à tout moment, selon préférence. L'accès est gratuit.



The Debutantes

1105_balR.gif
1105_balV.gif

Immanquable! Une archive in the making...


Archives Royales

RCA_ROSW_CAAD_2000s_0036.jpg
Robert Currie, CA&D RCA, Drawing Machine No 1, 2000 (photo D.Tschudin)


RCA_ROSW_CAAD_2000s_0034.jpg
Robert Currie, CA&D RCA, Drawing Machine No 1, 2000 (photo D.Tschudin)


RCA_ROSW_CAAD_2000s_0006.jpg
Nicholas Barba, CA&D RCA, Untitled, 2000 (photo D.Tschudin)


RCA_ROSW_CAAD_2000s_0037.jpg
Robert Currie, CA&D RCA, Drawing Machine No 1, 2000 (photo D.Tschudin)


Le Royal College of Art a très récemment mis à la disposition du public les collections «étudiantes» de ses archives. Acronymisée RCAROSW (RCA Record of Student Work), c'est une archive rare qui ouvre la possibilité de voir les premiers pas d'anciens inconnus devenus artistes et designers reconnus comme Tracey Emin, Phil Baines, Ridley Scott, David Hockney ou George Shaw.

La période allant du début des années 60, ces swinging sixties glorieusement britanniques, jusqu'aux années zéro-zéro est dorénavant couverte par le projet de digitalisation appelé VADS (Visual Arts Data Service). Un moyen d'accéder à des images peu publiées et classées dans un ordre efficace qui recompose des atlas-gaufriers où chaque département se lit au travers des projets de diplômes.


RCA_ROSW_GD_1980s_0011.jpg
RCA_ROSW_GD_1980s_0008.jpg
RCA_ROSW_GD_1980s_0005.jpg
Andrew Altmann, David Ellis & Howard Greenhalgh, CA&D RCA, Headlines, 1987 (photo D.Tschudin)


RCA_ROSW_GD_1990s_0002.jpg
Anthony Burrill, CA&D RCA, Bless the Artist: A Horse on Television, 1991 (photo D.Tschudin)



RCA_ROSW_GD_1980s_0018.jpg
Phil Baines, CA&D RCA, Gutenberg Galaxy, 1986


RCA_ROSW_Illustration_1990s_0071.jpg
RCA_ROSW_Illustration_1990s_0070.jpg
Jeremy Coysten, CA&D RCA, Untitled, 1998


À regarder en particulier le département de Communication Art & Design (CAaD), on réalise la liberté et le flou qui ont régné dans une section qui a voulu très tôt dé-étanchéiser les parois entre les champs visuels. Ni vraiment terrain pour les artistes ni totalement fermé aux graphistes purs, le département de Communication du Royal a vécu ses heures de gloire entre illustration classique, dessins expérimentaux, graphisme débridé et dialogue constant avec le champ théorique. D'où des alumnis qui de Anthony Burrill à Jeremy Coysten en passant par Daniel Eatock ou Abåke ont souvent repoussé les limites d'une discipline, lui offrant par la même de nouveaux terrains d'exploration.