janvier 2010 Archives

Contact.png
Jiri Kovanda, Kontakt, 1977


CasaNostra.pngPierre Thoretton, Ca(o)sa nostra, 2009-2010


Du 5 Février au 30 Mai 2010, la Villa Arson présente Double Bind, une exposition sur les dysfonctionnements du langage. Commissaires de l'expo: Dean Inkster, Eric Mangion et Sébastien Pluot.

«Malentendu, altération, incompréhension, aporie, confusion ou contresens, sont autant de dysfonctionnements ou d'anomalies - discrets ou manifestes - qui modifient en permanence le cours et la teneur de nos échanges. Pourtant, depuis le mythe babylonien d'une langue unique et universelle, jusqu'aux théories des correspondances, et plus récemment l'idéologie positiviste d'une traduction sans perte aidée par l'informatique, la quête d'une communication transparente traverse chaque époque.
Quatre ans après l'exposition Transmission1, le Centre national d'art contemporain de la Villa Arson revient sur le rapport entre art et communication avec une exposition intitulée Double Bind / Arrêtez d'Essayer de Me Comprendre. Il s'agit cette fois d'interroger la complexité des langages qui fait de la communication une entreprise singulière toujours renouvelée par les interprétations et les traductions.
L'expression double bind se réfère ici à la double contrainte que toute traduction, selon le philosophe Jacques Derrida, impose comme impératif: la nécessité et l'impossibilité sont contenues dans tout énoncé linguistique, de la transposition d'une langue à une autre. Si un énoncé fait nécessairement appel à la reconnaissance, la compréhension, et l'interprétation (sa traductibilité), il demande également que l'on respecte ce qui en lui échappe à la traduction, la part intraduisible qu'il recèle et qui constitue son caractère propre ou unique, son idiome. L'injonction Arrêtez d'essayer de me comprendre! se réfère au psychanalyste Jacques Lacan et à la réponse qu'il aurait faite à l'un de ses auditeurs trop soucieux de vouloir saisir le sens de chacun de ses propos. Il s'agit, en l'occurrence, d'un exemple classique du double bind tel que l'a théorisé l'anthropologue Gregory Bateson dans les années 1950: le destinataire d'une telle injonction ne pouvant y répondre sans y déroger, est placé dans une situation de dilemme et d'incertitude.
Les oeuvres présentées dans l'exposition révèlent diverses stratégies de transposition qui prennent en compte les effets d'altération et de distorsion qui surviennent dans la construction et le partage du sens: que ce soit dans le discours, dans le passage d'une langue à une autre, d'un médium ou d'un outil technologique à un autre, ou bien encore, à travers diverses formes de codifications. L'exposition témoigne ainsi d'une conception de l'art opposée à l'idéale d'immédiateté et de transparence de la pensée, chaque oeuvre affirmant à sa manière la discordance entre signe et référent, signification et sens, comme un élément inhérent au langage. La traduction est donc ici à comprendre au sens large, comme ce qui désigne non pas un simple outil de transmission inter-linguistique, mais un processus formel, voire un moyen créatif, dans la conception et l'interprétation de l'œuvre.»
-(texte sur le site de la Villa Arson)


WORKING BIG

WorkingBig_CoverWEB.jpg
John Lidstone & Clarence Bunch, Working Big: A Teacher's Guide to Environmental Sculpture, 1975,Van Nostrand Reinhold Company, New York, 100 pages, offset, 8 1/8" X 9 1/4".


Le site PublicCollectors (merci Jérôme!) est une petite pépite pour ceux qui s'intéressent à l'édition d'artistes et à ses contenus. Ainsi Working Big, un guide des années 70 qui propose de confronter les élèves de primaire à la sculpture environnementale au travers des recherches de groupes actifs à l'époque comme Ant Farm ou Otto Piene.

Le site est très généreux puisqu'il met aussi à disposition le livre-phare de Ken Isaacs, How To Build Your Own Living Structures, une étude approfondie de la micro-architecture et du style DYI (do-it-yourself).
Ken Isaacs disait:  «I was always a builder. I would save my money and buy lumber and metal and actually build these projects like the Living Structures. And when you build things, it changes you. You're not just commenting intellectually on something, you're actually putting your energy on the line.» (j'ai toujours été un bâtisseur. Je faisais des économies pour acheter du bois et du métal et donner réellement vie aux projects comme les Living Structures. Et quand vous contruisez des choses, elles vous changent. Vous n'êtes pas simplement en train de commenter intellectuellement sur quelquechose, vous vous impliquez physiquement en vous engageant).
C'est peut-être le conseil idéal. Ne pas faire que réfléchir mais appliquer quitte à parfois jouer les Robin des Bois utopistes...


livingstructures10.jpg
Ken Isaacs, How to Build Your Own Living Structures, 1974 (via the pop-up city)



STATS N'EST PAS UNE CHANSON

SelfReference2.8-web-detail2.gif
Keys2.3-web-small_o.gif
Keys2.3-web-detail2.gif
Michael Deal, Charting the Beatles (ongoing project)


Libération présentait dernièrement le travail de Michael Deal un graphiste intéressé par l'information-design ou infographics. Son travail sur le répertoire musical des Beatles est tout simplement impressionnant. Une suite de systèmes de visualisation se met en place qui recontextualise le corpus musical du groupe qui voulait être plus connu que Jésus. À voir.


EVALUATIONS PART I

| No Comments
self-confidence.jpg
vu sur le site de marvinhimel


Vos évaluations de fin de semestre auront lieu ces lundi et mardi 01 et 02 Février dans les salles A, B et C du premier étage. Je vous recommande encore une fois d'être organisés afin que les jurys ne soient pas obligés d'attendre. Merci. Bonne chance à tous et toutes, soyez impressionnants!


FC et le Gothique

| No Comments
chwt.jpg

François Chastanet présentera son livre-recherche sur l'écriture Cholo à la galerie Anatome à Paris. Si vous êtes dans les parages c'est un must-see / must-hear! Le 5 Février à 19h, rue Sedaine.


workshop2010.gif
©image/Antonioni-Zabriskie Point


La semaine du 18 au 22 Janvier sera consacrée aux workshops proposés cette année par Alexandre Bettler, Nicolas Floc'h, Olivier Foulon et Le Bruit du Frigo.

Vous serez partagé(e)s en quatre groupes répartis de manière équitable et aléatoire (voir liste ci-dessous). Le matin du 18 Janvier les quatre intervenants présenteront leurs travaux personnels dans l'Amphi A ou B (à confirmer) vers 9h. L'après-midi vous vous retrouverez dans vos quatre ateliers (A, B, C et D) avec l'intervenant de votre groupe. Et là, un monde nouveau s'ouvrira à vous, profitez-en au maximum! Inutile donc de vous rappeler que cette semaine est importante et que votre présence est obligatoire. Merci!


----------------------------------------
Groupes/Intervenants
Workshops-ESBAT_Intervenants.pdf


•Sujet 3 -Appendix-d

| No Comments
poster_bleu.gif
Benoît Bodhuin, les posters animés, motifs kaléidoscopiques


Certains d'entre vous ont déjà fait cargaison de mini-films en stop-motion. En voici quelques autres pour la route afin de vous décomplexer et surtout de vous inciter à être aussi inventifs.
Le stop-motion qui descend en droite ligne de la proto-animation est maintenant pas mal utilisé dans le monde du vidéo-clip où les réalisateurs s'en donnent à coeur joie. MG en avait d'ailleurs déjà parlé dans un VideoRoll mais ceci est l'occasion de revenir sur des films souvent complexes de réalisation et à cheval entre les techniques, ce qui ne les empêchent pas d'appartenir au genre de l'animation expérimentale.

Ainsi le vidéo-clip Sledgehammer (1986) réalisé pour le chanteur Peter Gabriel et qui a fait les grandes heures de MTV. Bourré de références c'est un vrai petit chef-d'oeuvre. Mais l'essentiel reste tout de même les premiers films expérimentaux qui ouvriront la voie à des réalisateurs majeurs comme Stan Brakhage. Regardez les études sur le mouvement et la forme d'Hans Richter (Rhythm 23, on en a déjà parlé) ou encore Viking Eggeling et sa Symphonie Diagonale (1921 tout de même). Ces dadaïstes de la première heure réinventaient, en l'explorant, l'art du cinématographe, cette machine issue des essais de Muybridge ou Marey et qui allait devenir bien plus qu'une invention sans avenir.

Ainsi dans le film Dreams That Money Can Buy (série de courts par Duchamp, Richter et consorts en 1947) Fernand Léger raconte l'histoire de la fille au coeur pré-fabriqué (The Girl With The Prefabricated Heart) en une série de photogrammes s'animant comme par magie. Voyez encore le film Swinging the Lambeth Walk (1940) de Len Lye, réalisateur néo-zélandais méconnu des années 30 qui improvisa avec le Gasparcolor et fut le pionnier du direct-film, c'est à dire du film fabriqué directement à partir de et sur la pellicule (grattage, brûlage, peinture, etc.)

Plus conceptuel, le film de George Maciunas de 1966, Fluxfilm 08, qui comptabilise simplement le nombre de photogrammes qui le composent. Ou encore le film Four de Yoko Ono qui divise le cadre par la ligne mouvante des fesses qu'elle filme en gros plan créant ainsi du Fontana trouant... Un hommage à Guy Debord (ou pas) est aussi donné par le film Zen For Film de Nam June Paik (1963) qui présente un écran blanc, sorte de hors-champ magistral dans le champ et que n'aurait pas renier un Hitchcock coutumier du fait (voir son film de 1941 Suspicion et la scène mythique du verre de lait).

Vous pouvez vous engager dans ces voies ou préférer des réalisations plus économes et pas forcément moins fines. Entre le stop-motion ultra-élaboré (merci Loïc!) et le stop-motion basique, il y a un spectre de possibilités immenses. Pensez d'ailleurs à (re)voir la vidéo du clip The Robots pour le group Kraftwerk (1977!). Et celle de l'amateur Justin Cale Martinez pour les Mostly Bears et leur titre People's Distinctive Travels. Ou encore les 20 première secondes du vidéo-clip d'Elo, Wishing. Enfin la vidéo de Kris Moyes est à analyser absolument, un véritable jeu de patience à participé à la réalisation de cette petite merveille typo-visuelle. Aucune comparaison avec le film Circular Tensions d'Harry Everett Smith (1951), sorte d'hommage sublime d'un mystique folkloriste au travail d'Oskar Fischinger et à l'abstraction mouvante des années 50. En avant!








































•Sujet 3 -Appendix-c

| No Comments
Animated-gif-icecream.gif

Faire un gif animé est à la portée même des néo-quiches. Pas de panique donc. Voici un tutoriel de la Photoshop School somme toute simple à comprendre et qui devrait vous permettre de faire des merveilles plus pointues que l'exemple ci-dessus ou vous constaterez une erreur majeure, la saute, due à un mauvais calage des calques.
Dans le tutoriel ci-dessous, nous allons réaliser un gif animé avec le mode animation de photoshop le-logiciel-capable-de-tout! Il s'agit de stop-motion simple et facile.


tutogif-1.pngD'abord vous créez un nouveau document (pour ce tutoriel un fichier de 352 x 654 pixel en 72dpi / niveaux de gris sera parfait) > POMME+N


tutogif-2.pngPuis vous créez un nouveau calque > POMME+SHIFT+N ou en cliquant sur l'icône calque dans la fenêtre calque (ainsi de suite pour d'autres calques)


tutogif-3.pngVérifiez que vous êtes bien en 'noir' pour la couleur de premier plan (raccourci touche D) pour d'autres raccourcis voir ici.


tutogif-4.pngSélectionnez l'outil Forme Personnalisée dans la barre d'outil


tutogif-5.pngChoisissez la forme 'Explosion' et n'oubliez pas de vérifier que vous êtes bien en mode pixels de remplissage (flèche rouge).


tutogif-6.pngUtilisez l'outil 'Forme Personnalisée' pour dessiner une mini-explosion sur le calque 1. Vous allez répéter cette manoeuvre x fois.


tutogif-7.png
tutogif-8.pngPour cet exemple, 10 calques on été crées avec à chaque fois le placement d'une 'explosion' de format différent. Bien sûr vous pouvez utiliser autre chose que cette forme, celle-ci n'est ici utilisée qu'à titre d'exemple.


tutogif-9.pngChoisissez maintenant dans le menu Fenêtre > Espace de Travail > Vidéo et Film.


tutogif-10.pngDans votre nouvel espace de travail vous constatez qu'une timeline apparaît, passez en mode animation image-par-image en cliquant sur l'icône placé sous la flèche rouge.


tutogif-11.pngMaintenant tous les calques sont visibles et groupés sur la vignette 1. Il va simplement falloir créer une vignette par calque.


tutogif-12.pngPour cela il suffit de ne rendre visible que le calque 1 sur la vignette 1 en rendant invisibles les autres calques.


tutogif-13.pngL'animation image-par-image suit le même principe que l'animation classique. Vous créez une nouvelle vignette par calque et vous rendez visible le calque correspondant.


tutogif-14.pngEt ainsi de suite pour les dix calques que nous avons crées. La dernière vignette de la timeline correspondant au dernier calque, celui où toutes les 'explosions' apparaissent.


tutogif-15.png
Maintenant sur la timeline vous allez sélectionner toutes les vignettes en cliquant sur l'une et en tapant POMME+A pour toutes les sélectionner. Alternativement vous pouvez sélectionner la vignette '1' et faire SHIFT+CLIC SOURIS sur la dernière. Notez au passage que la durée de chaque image est arbitrairement fixée à '10 s' (dix secondes)


tutogif-16.pngEn maintenant toutes les vignettes sélectionnées vous allez changer leur durée et passer de 10 s à 0,1 s tout simplement en placant votre souris sur la petite icône en forme de triangle noir à côté de la durée et en appuyant sur la touche CTRL de votre clavier (ou clic-droit). Sélectionner maintenant une durée de 0.1 seconde.


tutogif-17.pngVous constatez maintenant que toutes les vignettes ont une durée commune de 0.1 s. Lorsque vous lancerez le gif, cela signifie que chaque image apparaîtra exactement 0.1 secondes. Ce qui représente peu ou prou la durée d'un film image-par-image.


tutogif-18.pngVous pouvez enfin enregistrer votre animation en allant dans le Menu > Fichier > Enregistrer pour le Web. Une fenêtre avec plusieurs choix apparaît alors.


tutogif-19.pngPar défaut le mode d'enregistrement peut être sur deux vignettes, peu importe, passez en mode originale sur les onglets en haut à gauche. Puis, sur la colonne de droite, sélectionnez GIF comme format d'enregistrement.


tutogif-20.pngUne fois le format choisi, choisissez comme option de boucle Toujours dans le menu déroulant pour que votre animation se répète ad vitam aeternam.


tutogif-21.pngCliquez sur Enregistrer et donnez un nom à votre animation (ici boumboum.gif). Enregistrez une nouvelle fois et vous avez réussi à créer un gif animé. Bravo!
Vous pouvez également retrouver une version avec accent du Sud et images qui bougent sur la vidéo ICI. Merci!

Et bien sûr voici le résultat final. Pas mal quand même non? Vous pourrez faire encore mieux. En avant!

boumboum.gif

•Sujet 3 -Appendix-B

| No Comments

Fischli and Weiss, Der Laufe der Dinge, 1987 (partie une)



Buster Keaton, Cops, the ladder gag, 1922 (lire à ce propos l'excellent article de Benjamin Delmotte)



Ulysse 31, Sisyphe ou l'Éternel Recommencement, c.1983


L'absurde dans le principe d'action-réaction se retrouve dans ces trois vidéos qui chacune démontre la notion de performance rattachée à celle d'absurdité. On y retrouve notre du suisse préféré, un Buster Keaton équilibriste et un Sisyphe à la mode animation puisqu'il s'agit d'un extrait de l'épisode Sisype ou l'éternel Recommencement de la série Ulysse 31.


•Sujet 3 -Appendix-a

| No Comments
animation_bateau.gif
ballon4.gif
bateaurouge.gif
toutes ces animations proviennent d'un site amusant qui explique le principe d'action-réaction


RBG6-tratten.jpg
RGB6, affiche XYZ (x why z), c.2006

Le principe d'action-réaction est somme toute assez simple si on le regarde du point de vue d'un béotien; une cause (l'action) provoque toujours une réaction (la conséquence). Ce principe est montré de façon magistrale par la vidéo du fantasque duo Fischli & Weiss: Der Laufe Der Dinge (The Way Things Go, Le Cours des Choses).
un principe d'action-réaction absurde et qui a été parodié et pastiché parfois magnifiquement (c'est le cas de l'affiche XYZ du studio suédois RGB6 dont nous reparlerons) parfois moins comme cette vidéo italienne, sorte de blueprint qui utilise le stop-motion pour jouer basiquement sur des enchaînements astucieux mais qui sont loin de la perfection atteinte par les deux sculpteurs suisses.




Le stop-motion il en est question dans une vidéo de RGB6, donc, pour l'opérateur Orange. Patiemment et image par image des rouleaux de scotch multicolores forment une animation qui dure très exactement 30 secondes. C'est astucieux et plutôt bien fait. Comme une espèce de gif-idéalisé.




•Sujet #3

| No Comments
infiniteeee.jpg
Bonne Année! Ce troisième sujet va vous transformer en créateurs de fiction-absurde. Vous travaillerez en binôme (soyez cette fois plus malins dans le choix de votre partenaire!) et allez réaliser des répétitions, sorte de fiction au début et à la fin identique. Le sujet est téléchargeable ci-dessous pour de plus amples informations.
sidenote: Nous en profiterons aussi pour corriger les affiches de l'année dernière. Soyez prêts à expliquer vos subcultures!

-------------------------------------------
Esbat_AMI-Sujet3.pdf