« Et le désir s'accroît quand l'effet se recule »

| No Comments
Z00876_0_0001_Z.jpg
Alfred Mame et Fils, Polyeucte Martyr, 1889 (Bibliothèque André Desguine)


Ce vers célèbre de Corneille dans sa pièce de 1643, Polyeucte, a fait les délices des étudiants qui le prononçait à voix haute pour en saisir le double-sens exquis. D'ailleurs le mot «désir» n'apparaît que 10 fois dans le texte original qui est plutôt une fiction mêlée de réalité sur la vie de Saint Polyeucte, martyr extatique chrétien dans une Arménie sous occupation romaine. L'extrémisme de Polyeucte fera d'ailleurs dire à Voltaire que la pièce de Corneille parle plus du fanatisme que du martyre comme forme extrême de la croyance.

Passons sur ces tergiversations intéressantes pour ne retenir que la notion de désir qui se révèle donc dans ces vers de l'acte I-scène I, lorsque Polyeucte répond à son ami Néarque:

Vous me connaissez mal, la même ardeur me brûle,
Et le désir s'accroît quand l'effet se recule...

Le même glissement flagrant (ici sonore) qui fait toute la charmante mésinterprétation et le décalage de ce vers est visible dans une pub qui passe en ce moment sur les écrans et qui n'a rien à voir avec l'extase mystique (quoique...).
Perrier dans les années 70 cède à la mode du grand format et sort sa petite bouteille en version litre. Cet agrandissement aurait pu passer relativement inaperçu mais c'était sans compter sur le second degré qui faisait fureur à l'époque. Au lieu d'annoncer une nouvelle taille de bouteille, le spot de Bernard Lemoine, La Main, joue impeccablement sur le registre du Witz (le mot d'esprit, ici plutôt élargi, sans jeux de mots, à l'imagerie d'esprit).

Comme l'écrit Gunhild Samson, «Le Witz est certainement de par sa structure même le texte par excellence ou règne l'implicite. Raconter un Witz signifie pour le locuteur, le Witzerähler, qu'il doit produire un effet de surprise chez son partenaire, le Witzhörer, en laissant une partie du message sous la forme du non-dit, c'est à dire en la cachant à l'aide de techniques diverses. Comprendre un Witz signifie déchiffrer l'énoncé explicite en cherchant le sens implicite qui y est enfermé» (1)

Freud dans son texte Der Witz und seine Beziehung zum Unbewussten, analysa aussi les différentes techniques du Witz, ce trait d'esprit qui cache plus qu'il ne révèle. Il faut donc s'en remettre au cher Sigmund pour lire dans le micro-film publicitaire, La Main, toute la saveur d'un non-dit visible. Par le truchement de la bouteille qui s'allonge c'est toute la notion de plaisir associé à l'eau pétillante qui rentre en jeu. La main n'étant finalement que le vecteur faussement innocent dans un décor qui l'est encore moins et rappelle le porno-chic des seventies triomphantes: feu-de-cheminée-bourgeoisie-moquette-en-poil-et-gros-cigares.

Alors ne boudons pas notre nostalgie et matons, puisque c'est le cas, cette pub virtuose!







------------------------------------------------
(1) Gunhild Samson, Le «Witz»: inférences et interprétation, in Lire entre les Lignes: l'implicite et le non-dit, Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III, Institut d'Allemand, textes réunis par Nicole Fernandez Bravo, PIA 2003



Leave a comment