décembre 2008 Archives

P#3 Appendix-e

PROJET 3 / Appendix-e
Pour vous aider dans le choix de votre ou vos logos vous trouverez ci-dessous un rapide historique du logo et les liens très curieux qui se sont tissés entre fabrication de logotypes et héraldique.



croix-saint-georges.gif
croix de Saint Georges, symbole de Malte



20050805_drapeau_suisse_2005_gd.jpg
drapeau de la confédération suisse



croixrouge.gifla croix rouge et son pendant dans le monde musulman, le croissant rouge



Le logo ou logotype est un symbole utilisé par une organisation pour permettre son identification unique. Son usage s'adopte réellement au XIXe siècle lorsque l'industrialisation galopante impose aux firmes de se démarquer et surtout de se faire reconnaître par un public alors le plus souvent illettré. Des formes et des signes identifiants et identifiables sont alors créés. Le rapport 'visuel' et 'existentiel' (selon le mot de T.Todorov) entre le produit et son producteur est souvent de l'ordre de la métaphore ou de la métonymie, parfois de l'allégorie ou du cliché. Bref de l'association d'idées ou d'images. Une pomme pour Apple® et un coq pour les céréales du petit déjeuner Kellogg's®.



1184640643-85856_full.jpg

le coq, logo du docteur Kellogg




Cette façon graphique et stylisée de représenter une firme ou un grand groupe est l'héritière pas si lointaine des blasons médiévaux. D'ailleurs les capitaines d'industrie modernes n'ont rien à envier à leurs alter ego chevaliers et autres mercenaires dans leur propension à vouloir gagner les batailles du capitalisme éffréné. 

Aujourd'hui les formes abstraites et évocatrices sont cependant préférées aux formes illustratives ou figuratives. Pourtant quand Paul Rand dessine le logo de la compagnie de transports UPS® il associe intelligement le bouclier protecteur et le noeud du paquet cadeau. Deux symboles clairs qui impose une lecture simple: UPS protège et transporte vos paquets partout dans le monde.




ups_logo.jpg

Paul Rand, UPS logo, 1963




Les principes de l'héraldique ont influencé bon nombre de fabrications de logos. Il ne faut d'ailleurs pas s'étonner de voir des compagnies à la présence centenaire avoir un logo qui emprunte à la grammaire héraldique. Ce langage visuel simple (relativement!) possède un impact visuel fort et enraciné dans les valeurs propres de la chevalerie: droiture, rigueur, force. Autant de valeurs 'positives' qui peuvent servir à ennoblir une marque.


Les règles fondamentales de l'héraldique s'adaptent donc au monde moderne et on ne s'étonne plus guère alors de voir qu'en 1933 le premier logo d'Air France® semble évoquer curieusement les chimères et autres dragons féroces qui pullulaient sur les blasons des familles du moyen-âge. Certes Air France n'est à l'époque qu'Air Orient, une société aéro-maritime d'hydravions née de l'éclair de génie de Maurice Noguès. Cet organisateur des lignes françaises d'extrême-orient a su voir très vite dans le développement de l'aéropostale, le moyen de connecter les colonies françaises et le monde.




propriete_indus_ao.jpg

R. Couallier, logo Air Orient, 1932




Le premier logo de la compagnie est donc déposé en janvier 1932. L'hippocampe ailé ou 'la crevette' s'inscrit dans un cercle, forme parfaite. Il évoque à la fois l'iconographie des vases grecs mais aussi, donc, les blasons, avec cet hippocampe 'regardant' (la tête tournée vers la droite) qui rappelle le bestiaire fanstamagorique et fabuleux de l'héraldique. À ceci près que la 'queue de dragon' de cet hippocampe hybride est aussi une arrière-main qui évoque le Dragon d'Annam, un ordre militaire créé en 1850 par Dong-Khanh empereur d'Annam et devenu ordre colonial en 1896 avec l'occupation française.



drapeau_af_1933a20.jpg


crevette_ori.jpg

J.Hennequin, logo Air France, 1933




En 1933 Air Orient devient officiellement Air France. Le logo est dessiné par Jean Hennequin qui revisite à peine l'idéogramme pensé par Marrast architecte de la compagnie et Couallier affichiste. La crevette avec sa tête de cheval symbolise donc la puissance, sa queue de poisson-dragon rappelle l'origine aéromaritime et l'usage des hydravions en Indochine et ses ailes d'oiseau sont symboles de vitesse tout en rappelant Pégase, le cheval ailé de la légende grecque.



af_1975.jpg

R. Excoffon et ECA2, logo Air France, 1960-1975




crev_1975_01.jpg

R. Excoffon et ECA2, logo Air France, 1960-1975




Ce n'est qu'en 1975 que l'image de marque de la compagnie aérienne française subira un lifting profond. L'hippocampe disparaît et n'est plus utilisé que comme référence historique de la société. Il est 'rajeunit' et s'adapte à la nouvelle chartre graphique qui s'appuie sur les couleurs du drapeau national. 1975 est en effet l'année de l'exploitation du Concorde, merveille de design et de technologie qui fait entrer l'aviation française dans le futur. Le supersonique fait son premier vol commercial et le nouveau logo Air France est peint sur son aileron. La typographie créée par Roger Excoffon est maintenue mais en lieu et place du vieil hippocampe se dévoilent les rayures abstraites, inclinées et espacées qui symbolisent désormais la volonté de puissance et de vitesse d'Air France.




00019.jpg

D.Reinfurt, S.Bailey, (Party) Per Bend Sinister, Manifesta 6, Nicosie, 2006





bs_POSITIVE.gif

S.Bailey, D.Reinfurt, Dexter-Sinister, 2004





PerBendSinister.gif


Le duo de graphistes-artistes-éditeurs anglo-américains Stuart Bailey et David Reinfurt a récemment revisité la notion d'héraldique pour générer le 'logo-blason-badge' de leur école fictive à la Manifesta 6-qui-n'eut-jamais-lieu à Nicosie. Devant l'échec de cette manifestation,(Party) Per Bend Sinister* est devenu le symbole de leur collaboration qui associe de manière jubilatoire les catégories les plus étanches de l'art et du design graphique. Sous le nom Dexter Sinister David et Stuart sont les hérauts d'un temps moderne et d'une pratique actuelle qui consiste à ouvrir les vannes et faire se chevaucher les plaques tectoniques des disciplines... quitte à créer des monts et autres accidents géologico-stratégiques.



---------------------------

(*) bend est en héraldique la ligne qui sépare le blason en deux zones égales. Cette ligne part du haut gauche pour finir en bas à droite. Il est dit sinister si la ligne s'inverse pour partir du haut droit et se terminer au bas gauche (sinister voulant dire 'gauche' en latin)



Conférence Jérôme Knebusch

le 10 Décembre à 10h30, Amphi A / B-A Toulouse, une très intéressante conférence du graphiste-slash-artiste-slash-typographe-slash-touche-à-tout, Jérôme Knebusch, auteur entre autre de la communication de l'École Supérieure d'Art Metz Métropole (système modulaire et aléatoire typographique) et des Rencontres Nationales de la FRAAP à Metz (système parasitaire d'espace). Venez nombreux!
(© photos/ ensa-nancy et philippe garenc)




Jérôme Knebusch, making-of FRAAP, 2008




25213714.jpg

Jérôme Knebusch, making-of FRAAP, 2008



25405652.jpg

Jérôme Knebusch, making-of FRAAP, 2008


25405929.jpg

Jérôme Knebusch, making-of FRAAP, 2008



25406198.jpg

Jérôme Knebusch, making-of FRAAP, 2008



JK_7.jpg

Jérôme Knebusch, espèce d'ABC pour un espace à Travers, Workshop ENSA Nancy, 2007



Expos!

Au CAPC de Bordeaux, Explorations Psychédéliques (IΔO) en France qui revisitent les délires visuels et expérimentaux des artistes de la constellation Psyché de 1968 à nos jours.
(jusqu'à début Mars 2009)


image001.jpg
Laurent Fétis, dessin IΔO, 2008



Au Lieu Commun, exposition de Guillaume Pinard pour la sortie de EDIT nº2. "L'univers de Guillaume Pinard est un vortex cérébral, où les angoisses individuelles et collectives se télescopent sans cesse. Ses dessins animés en flash sont des complaintes mystérieuses, où le désuet côtoie un rétrofuturisme anachronique. Où la nature, vectorielle, semble animé d'une conscience collective propre.Le fantastique flirte avec le psychanalytique, l'anthropomorphisme se coltine le zoologique. Guillaume Pinard se sert du dessin animé pour nous présenter une vision du monde noire et complexe, le temps s'étire, la nature se pare d'atours technologiques, nos repères se brisent et ses petites pièces aux apparences anodines ne nous laissent jamais indifférents."

(vernissage le 11 Décembre 2008)



image.jpg



Le Logo

Quelques 'logos' réalisés par des figures incontournables du design visuel et de l'art.
Dans l'ordre d'apparition, Milton Glaser et le fameux logo qui a fait renaître New-York; Paul Rand et son clin d'oeil au concurrent d'Apple; Gérard Paris-Clavel et ses détournements poétiques de panneaux de circulation; la colombe de Picasso pour le congrès des partisans de la Paix en 1949; la colombe en caligramme d'Apollinaire; le swoosh de Nike (aussi connu comme référence formelle à l'aile de Niké, déesse de la Victoire; les pictogrammes célèbres d'Otl Aicher pour les Jeux Olympiques de 1972; et enfin le tout premier logo d'Apple pensé par Jobs et Wayne puis son replaçant plus métonymique: la fameuse pomme croquée et arc-en-ciel. Dessiné par Rob Janoff en 1976, ce logo qui s'oppose au radicalisme moderne de celui d'IBM est censé prendre comme source d'inspiration la 'pomme d'Isaac Newton' (déjà référencé dans la version 1.0 du logo). Janoff dit, lui, s'être plutôt inspiré de l'histoire du mathématicien Alan Turing, homosexuel et père de l'informatique qui se suicida en 1954 en croquant dans une pomme qu'il avait injecté de cyanure...


i_heart_ny.jpg
Milton Glaser, I Heart New York, 1972





ibm.jpg
Paul Rand, Eye Bee M, 1981





paris_clavel_chaumont2001.jpg
Gérard Paris-Clavel, Signes poétiques / Ne Pas Plier, 2001




picasso24.jpg
Pablo Picasso, La Colombe de la Paix, 1949






colombe4xg.jpg

Guillaume Apollinaire, La Colombe Poignardée, 1914






335px-Swoosh.svg.png

Carolyn Davidson, The Swoosh, 1971


otl_aicher.jpg
Otl Aicher, Berlin Olympics, 1972









Apple_first_logo.png

Steve Jobs et Ronald Wayne, Apple first logo, 1975








500px-Apple_Computer_Logo.svg.png

Rob Janoff, AppleMac, 1976




P#3 Appendix-d

| No Comments
PROJET 3 / Appendix-d

D'une manière oblique le travail de Raphaël Zarka et de Sophie-Thérèse Trenka peut aussi être matière de réflexions pour vos recherches sur Lego Logo.
 
Zarka est le tout récent récipiendaire du Prix Ricard (attribué lors de l'exposition La Consistance du Visible organisée par Nicolas Bourriaud) et Trenka est une artiste berlinoise dont les oeuvres sont actuellement présentées dans le cadre de Phoenix vs Babel à la même fondation Ricard. 
Tous deux sont concentrés sur une revisitation des formes qui interroge la signification au-delà de ce que l'on regarde (n'oubliez pas, ce que vous voyez est une partie importante de ce que vous savez). Des formes qui deviennent des symboles, comme de nouvelles icônes propre à elles aussi devenir des logos.

Béatrice Chassepot écrivait dernièrement dans Be-Art à propos des travaux de Zarka et de sa préoccupation de la forme:

Une forme pure et abstraite ne laisse aucune trace dans l'esprit si elle n'a pas de sens originel. De même que la seule considération esthétique qui guiderait l'artiste, n'a pas de profondeur. Elle ne touche que la surface et ne provoque pas le travail de réflexion que toute oeuvre 'pleine' provoque.
Raphaël Zarka est à l'opposé. Les lignes, les formes qu'il utilise, proviennent d'une multitude de réflexions préalables. Elles prennent leur source dans des univers très divers, qui vont de la littérature (avec notamment The Six memo for the New Millenium d'Italo Calvino) jusqu'au skate-board. [...]



raphael_zarka1.jpg
Raphaël Zarka, Padova (réplique nº4), 2008


Facétieux et intelligent manipulateur du sens des formes et de leur narration, Zarka propose avec Padova d'inverser les valeurs. Il éxécute une sculpture en contreplaqué bakélisé à l'extérieur et toute en marbre de Carrare à l'intérieur. Comme un clin d'oeil à la tradition michelangelesque où la légèreté se muait en force. Padova est aussi le nom italien de Padoue, ville célèbre pour ses artistes de la Renaissance... mais on peut se douter que le lien avec l'utilisation du marbre ne s'arrête pas là.




phoenix_intro.jpg
S-T Trenka-Dalton, Cours de Korshabad, Berlin, 2008


La biographie de Sophie-Therese Trenka-Dalton est éclairante elle aussi. L'artiste née en 1979 "s'intéresse aux civilisations disparues et plus particulièrement à l'antique Assyrie dont elle traque les réapparitions réccurrentes sous ses multiples formes architecturales, publicitaires ou encore médiatiques. Sa passion pour l'archéologie alimente une production qui en surjoue les effets de théâtralisation et de dissimulation [...] Pour Phoenix vs Babel, Trenka illustre les mécanismes de réappropriation décomplexée de l'iconographie antique en mettant en scène une représentation du dieu Lamassou, star des créateurs de logos et autres designers de mall shops."



zarka3.jpg

zarka4.jpg

Raphaël Zarka, Les Formes du Repos (nº1 et nº4), 2001




À la galerie Vasistas en 2001, Raphaël Zarka avait présenté un projet photographique intitulé Les Formes du Repos. Il se concentrait alors sur des formes toutes-faites, l'ordinaire encore, mais qui peut être réveillé de son immobilisme apparent. Par le simple fait de soudain se mettre à collectionner ces formes en béton et de les faire 'voir', celles-ci se mettaient à communiquer des messages de l'au-delà des objets.


Similaire en quelque sorte est l'attitude du projet Panos2013 (avatar de Bopano) qui transforme les rues de Lyon en autant d'espaces d'expositions éphémères où se revisitent les panneaux de signalisation, logos modernes qui réglementent les us et coutumes des piétons et automobilistes. Il est intéressant de noter que plus le signe est proche de la signalétique connue, plus la confusion s'installe et parasite la lecture finale. Pensez-y quand vous fabriquerez vos états de lego-logo.




4_superdeux2-01.jpg

Superdeux, Bopano, 2007




4_timfishlock-01.jpg

Tim Fishlock, Bopano, 2007




4_mikeperry2-01.jpg

Mike Perry, Bopano, 2007



4_bshit1-01.jpg
BShit, Bopano, 2007



4_devilrobots2-01.jpg
DevilRobots, Bopano, 2007



P#3 Appendix-c

| No Comments
PROJET 3 / Appendix-c

Les logos que vous récupérerez sur le site de la logothèque sont au format .eps qui vous permet de les manipuler ad libitum sur Illustrator; agrandissement, découpe, rapetissement, multiplication, etc.

Vous pouvez utiliser l'outil pathfinder dans Illustrator qui vous assure une nombre de manipulations exponentiel. Ci-dessous quelques exemples (merci Arnaud!) sur une interface pc, similaire à celle des macs.



pathfinder1.gif
Effet réunion: Réunit les tracés de toutes les formes sélectionnées pour n'en former qu'une seule. Le résultat obtenu tient compte des attributs de dessin de la forme située au premier plan. (couleur, contour) 



pathfinder2.gif
Effet intersection: Conserve les tracés à l'intersection des formes sélectionnées sans tenir compte des parties non superposées 



pathfinder3.gif
Effet exclusion: Ne conserve que les tracés n'appartenant pas à l'intersection des formes sélectionnées et rend les intersections transparentes. Si les objets superposés sont en nombre pair, les intersections sont transparentes. Dans le cas contraire, elles son visibles



pathfinder4.gif
Effet soustraction: Évide de la forme située à l'arrière-plan toutes les parties recouvertes par les autres formes situées au premier plan



pathfinder6'.gif
Effet soustraction2: Évide de la forme située au premier plan toutes les formes sélectionnées situées à l'arrière-plan



pathfinder6.gif
Effet division: Divise un groupe de formes selon leurs intersections. Les formes ainsi créées peuvent être dissociées et manipulées indépendamment



pathfinder7.gif
Effet pochoir: Supprime la partie masquée d'une forme présentant un fond, supprime aussi tous les contours



pathfinder8.gif
Effet fusion: Supprime la partie masquée d'une forme présentant un fond, supprime tous les contours et fusionne les formes superposées dotées de la même couleur de fond



pathfinder9.gif
Effet découpe: Divise un groupe de formes, puis supprime toutes les parties se trouvant en dehors des limites de la forme de premier plan. Cet effet supprime également tous les contours



pathfinder10.gif
Effet contour: Divise les formes sélectionnées selon leur chevauchement, en ne conservant que leurs contours. Les formes ainsi créés peuvent être dissociées et manipulées indépendamment



pathfinder11.gif
Effet mélange: Divise les formes sélectionnées selon leur chevauchement, en supprime les contours. Puis additionne les couleurs des parties se chevauchant (NB! addition des couleurs uniquement en mode CMJN)



pathfinder12.gif
Effet mélange2: Divise les formes sélectionnées selon leur chevauchement, en supprime les contours. Puis permet de paramétrer l'opacité des couleurs des parties se chevauchant


Vous trouverez aussi plus d'infos à l'adresse suivante: ICI
Et un bon lien pour des tutoriaux de chez Adobe (merci mr Fat Fat Julien!):


P#3 Appendix-b

| No Comments
PROJET 3 / Appendix-b

La notion de détournement peut effectivement vous servir de point de départ. Voyez aussi les exemples suivants qui jouent sur la confusion des codes et leur réinterprétation(s) (on s'éloigne du formalisme pour le formalisme) :




2269ad91ed0346eb386ce5b1851738180ra7.jpg

2a85e9eacbfaa5d13b8ae6734cde913f6ik7.jpg

logo-3-69fe5.jpg
Bas de Reuver, Work, Buy, Consume, Die, 2005



pekin2008.jpg
JSF, Pékin 2008, 2008



Dans un style radicalement différent, les travaux de Bruno Peinado et Gilles Barbier sur les icônes publicitaires ou comics font aussi preuve d'un sens de la satire très humoristique:



109605837_360c1f1e0d_o.jpg
Bruno Peinado, The Big One World Black Bibendum, 2003



DSC00852.JPG
Gilles Barbier, L'Hospice, 2002



La revisitation est aussi un moyen de faire 'dire' autre chose à votre duo de logo. Ed Ruscha répond de manière très décalée au maître Warhol mais nous lisons maintenant -aussi- cette image à l'aune de la révolution spamique. Quant à l'artiste-graphiste français Pascal Colrat, son affiche pour le Tarmac de la Vilette se passe de commentaires...



161.art.ruscha.rev.jpg
Ed Ruscha, Spam, 1961



lacomedieindigene01.jpg
Pascal Colrat, La Comédie Indigène, 2007


banania.jpg

P#3 Appendix-a

| No Comments
PROJET 3 / Appendix-a

Le projet #3 est une expérimentation de la forme pour la forme. N'oubliez pas pourtant que toute forme produite repose sur une idée (même la plus farfelue). Vous travaillerez donc toujours sur le sens mais en mettant cette fois l'emphase sur la composition, la déconstruction, la répétition, le détournement, etc.

Regardez notamment le travail du studio suisse Fulguro et leurs manipulations des logos Nike, McDo, Volkswagen et Adidas entre autres:



4.jpg
© Fulguro


pack.jpg
© Fulguro


3.jpg
© Fulguro



Vous pouvez aussi vous inspirer du travail des artistes pop et leur réutilisation du langage vernaculaire. Le plus connu étant Andy Warhol et son célèbre travail autour du logo Campbell.



1998.1.31-DgR_01.jpg
Andy Warhol, Big Torn Campbell Soup Can (Pepper Pot), 1962 (© The Andy Warhol Museum, Pittsburgh)


Ou travailler par associations de signes-logos pour arriver à de curieux mais très explicites mélanges...



2092141109_small_1.jpg


P#3

PROJET 3 (8/12 - 15/12 2008)

Le polycopié du projet #3 (Lego Logo) vous a été distribué (vérifiez vos casiers). Ce projet se fera en deux séances et en solo.

NB!
Les groupes qui n'ont pas encore passé leur critique du projet #2 le feront au cours des séances du 8 Décembre et du 9 Décembre 2008.

NB2!
Les élèves dont les noms suivent sont invités à me présenter leur affiche du projet #1 à partir de 17h ce lundi 8 Décembre. Merci de me prévenir par email de votre présence/absence ou si votre nom n'était pas sur la liste. (dernière piqûre de rappel! Si vous ne présentez pas votre travail je considère que vous ne l'avez pas fait. À bon entendeur...)

Groupe B:
Tom Fleuriot
Florence Filloleata

Groupe D:
Olivier Roche
Kamila Turabayeva


Designer's Studio #3

lo13.jpg
Florence Doléac, La Chaise Mise à Nu, galerie  AV, 2002




Mercredi 03 Décembre 2008
10h30 - 12h30
à la Médiathèque Cabanis
Les conférences Designer's Studio toujours en fanfare!

#3
FLORENCE DOLÉAC / L' ENTRE DEUX CHAISES

Daily nonsense is the field of predilection of french artist and designer Florence Doléac. Her work resides in a cabinet of wonders - extraordinary objects to investigate, unnecessary objects... the lines between high art and popular culture blurred as products of consumer culture became cultural icons and gave rise to new generation of designs.
-- DB


Florence Doléac se qualifie de "designer borderline". Originaire de Toulouse, elle a longtemps fait partie du groupe des RADI designers avant de se choisir une carrière individuelle. Pourquoi  parle-t-elle de "designer limite" ? Parce qu'en effet, Doléac joue constamment à transgresser les frontières de l'art et du design, de la production artisanale (voire même de la botanique) et de l'industrie, et c'est la raison pour laquelle elle livre son expérience dans une conférence au titre éloquent: L'entre deux chaises. L'auteur de Tu ronfles moi non plus, prothèse qui permet de tolérer le ronflement de l'autre dans le couple en proposant un caisson de survie à l'autre, et dans le même ton grinçant quoique serviable, du kit Fée du Logis qui transforme la punition ménagère en plaisir d'esthète et le mur en palette arc-en-ciel, constituent deux exemple de l'univers paradoxal et sarcastique de Doléac, entièrement constellé de Poltergeist.
(texte ©Alexandra Midal)




fee_du_logis.jpg
Florence Doléac, Fée du Logis, galerie AV, 2004





Tu-ronfles-moi-non-plus-1.jpgFlorence Doléac, Tu Ronfles Moi Non Plus, galerie AV, 2004





tactilotheque_a.jpgFlorence Doléac, Tactilothèque, 2007